SÉCURITÉ

SÉCURITÉ

Le passage à la nouvelle monnaie fiduciaire, période de tous les dangers, se referme derrière nous. 
La vigilance de nos établissements ne doit pas pour autant faillir avec la moins grande mobilisation des forces de police. Nos dirigeants ne doivent pas non plus fuir leurs responsabilités en matière de sécurité...

LES DIRECTEURS D'AGENCES UNE NOUVELLE FOIS EN PREMIÈRE LIGNE! Nul n'a pu ignorer que les incidents tragiques de CERGY ont engendré au sein de notre entreprise un intérêt sécuritaire et une frénésie de contrôles qui nous étaient inconnus jusqu'à lors. L'Inspection Générale a été missionnée sur les procédures mises en oeuvre dans les agences,  les assistants sécurité transformés en pigeons voyageurs multiplient les fiches de visites.
Le Directoire se dit à l'écoute la plus totale des  élus du CHSCT qu'il réunit dans un déchaînement de réunions exceptionnelles. Ce souci de sécurité maximale ne pourrait que susciter l'adhésion des élus FO au Comité d'Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail  s'il n'avait eu pour seul but de rassurer le Directoire afin de lui éviter les désagréments que ses pair ont connus à Ile de France Nord.
LES DIRECTEURS D' AGENCE  EN PREMIERE LIGNE
Sur le terrain, il apparaît plus clairement que la mission de l'Inspection Générale avait pour but de vérifier que les consignes de sécurité étaient bien appliquées par les équipes commerciales, que les Directeurs d'Agences étaient seuls responsables de leur bonne mise en oeuvre, à charge en plus pour eux de veiller à la maintenance des organes de sécurité (bip, rideaux anti-hold-up, etc.). Ce transfert  insidieux de responsabilité trouve sa concrétisation  en cas de défaillance d'un organe essentiel de sécurité (ex: sas).
En effet, malgré les demandes répétées des différentes instances du personnel, en particulier celles du CHSCT, la Direction ne veut toujours pas éditer des procédures claires de fermeture systématique de points de vente, laissant la responsabilité aux seuls Directeurs d'Agences de l'ouverture des agences en mode sécuritaire dégradé, donc exposées à d'éventuelles agressions.
Les élus FO au CHSCT recommandent aux directeurs d'agences et à leurs équipes de refuser d'assumer ce risque énorme et les invitent à faire valoir systématiquement leur droit de retrait légal pour danger grave et imminent tant que les réparations nécessaires ne sont pas effectuées ou que des mesures de sécurité palliatives ne sont pas mises en place. Il est anormal et choquant de voir les Directeurs d'Agence et leurs équipes, déjà surchargés de contraintes commerciales, administratives, matraqués par une recherche de productivité toujours plus accrue, supporter en outre les risques sécuritaires aux conséquences souvent très lourdes, lesquels incombent en fait au Chef d'Établissement.
Les élus FO au CHSCT se tiennent à la disposition de toutes et de tous pour les assister dans la défense de leurs droits les plus légitimes à la sécurité et n'auront de cesse d'autre part de convaincre la Direction d'assumer le schéma directeur de sécurité.

Les représentants FO au CHSCT
Georges AYCARD Alain CAUX, Guy CHARDON, Maurice NERI, Jean-Jacques SOLI