RETRIBUTIONS COLLECTIVES LE COMPTE N Y EST PAS !

RETRIBUTIONS COLLECTIVES LE COMPTE N' Y EST PAS !

Une année 2001 commerciale remarquable alors qu'on enregistre une baisse sans précédent des rémunérations collectives. Une performance globale inégalée très insuffisamment rétribuée.
Force Ouvrière relance les négociations...
PASSÉE LA PÉRIODE DES VACANCES SCOLAIRES de Pâques, il convient, à quelques  jours  de l'assemblée générale des sociétaires,  d'examiner au plan syndical le sort fait à ses salariés par la Caisse d'Épargne Côte d'Azur.
En matière sociale, tout est-il aussi rose que nous le laisse supposer la propagande mise en oeuvre par nos dirigeants et leurs affidés ?  Assurément, non! 
Certaines organisations syndicales ont fondé leur existence sur le seul mécontentement des salariés. Appuyer systématiquement là où cela fait mal est leur seconde nature. Ce n'est   n'est pas le cas de Force Ouvrière. Pour autant, il nous appartient de nous adresser régulièrement au Personnel, de lui dire ce qu'il en est vraiment et ce que nous en pensons.
Le mercredi 24 avril prochain, les comptes 2001 seront approuvés par l'assemblée générale ordinaire des sociétaires. Ces résultats financiers   reflètent-ils les scores exceptionnels que nous avons réalisés dans le domaine commercial?
Non, pour plusieurs raisons:
- Le comportement des marchés financiers et des taux sur la période considérée a été contre-productif pour les placements financiers et les refinancements,
- Le Produit Net Bancaire a peu progressé compte tenu du pincement persistant des marges.Mais également et surtout parce que:
- Les dotations aux provisions pour risques ont été triplées (11,77 M€ dont 4 M€ pour Enron) par rapport à 2000, LE DIRECTOIRE A CHARGE LA MULE!

Bien que facultatives, les dotations aux fonds pour risques bancaires généraux ont également atteint un niveau considérable(10,24 M€).Autrement dit, le directoire a grandement chargé la mule!
Pourquoi l' a-t' il fait?
Pour MINORER LES RÉSULTATS NETS (fiscal et comptable) de façon à n'acquitter aux salariés ni la prime de participation habituelle, ni la prime d'association (1/2 mois de salaire), pour justifier a posteriori le non-paiement de la prime de 1000 € revendiquée depuis quinze mois par Force Ouvrière en vue de rétribuer leurs efforts lors du passage à la nouvelle monnaie fiduciaire, l'Euro. Bref, pour ne pas avoir à rémunérer, correctement la performance collective du Personnel.
Et pourtant:      
- L'année 2001 aura été marquée par un fort  accroissement de l'activité commerciale,
- La Caisse d'Épargne Côte d'Azur reconnue comme une des plus dynamiques du Groupe car elle a progressé plus que la moyenne du Groupe en parts de marché tant en Crédit qu'en Collecte
- La productivité par agent, compte non tenu  de la défense de nos stocks, s'est également accrue (2e rang dans le Groupe sur les marchés de  proximité),

Sur ce même exercice, en raison de 3 semaines de grève, 1,1 M€ a été  économisé sur le dos  des salariés mobilisés pour défendre  leur outil de travail.La seule réponse du Directoire à nos objections  est: oui, mais il y a la prime d'intéressement aux résultats 2001 ! 
Certes, pour la 4e année consécutive, FORCE OUVRIÈRE a réussi à inscrire à nouveau contractuellement les efforts collectifs du personnel dans le cadre d'un accord d'intéressement aux effets certes modestes, mais néanmoins en nette progression (2,12 M€)  tant par rapport à l'exercice 2000 (1,38 M€) qu'à celui de 1999 (1,62 M€).
Sauf que jusqu'à l'an 2000, ce type de rémunération collective aléatoire s'analysait globalement par voie conventionnelle avec le système de participation dans la limite de 6 % de la masse salariale, soit 3,38 M€.
Or, pour 2001, le plafond intéressement + participation est désormais de 7 %, soit près de 4 M€. Il manque donc à l'appel 1,88 M€.

LE DIRECTOIRE  NOUS DOIT SEPT MILLIONS D'EUROS!
Il convient également d'ajouter la prime d'association aux résultats que le Directoire aurait dû nous verser, soit 4 % de la masse salariale, c'est - à -dire 2,25 M€.
En outre, le syndicat FO pour sa part n'a pas renoncé à continuer à revendiquer aussi la prime Euro, soit 1,58 M€.
La facture que les salariés doivent donc présenter au titre de 2001 au Directoire s'établit dès lors à près de 7 M€!!!
En revanche, ce dernier n'a pas hésité une seule seconde à arroser d'une prime conséquente nos seuls collègues de la DOSI pour leurs efforts déployés à l'occasion du passage à l'Euro fiduciaire (et les autres ?) et à se servir surtout lui - même au passage en s'octroyant une énorme part variable (+ 16 % pour chaque membre du Directoire auxquels s'ajoute un complément de 10 % pour son Président, Jean Mérelle).
Par - dessus le marché, il annonce, bonhomme, que la rémunération à 10 % des fonds bloqués des salariés en provenance de la participation des années passées, c'est fini!
De qui se moque - t'on ?
Pour notre part, nous en avons assez! Force Ouvrière va consulter ses adhérents le 18 avril. Dans le cadre de la négociation annuelle obligatoire que nous allons exiger, FO formulera ses propositions. Que ce soit Philippe Prieur, en partance pour la Picardie début juin ou Bernard Ceyrolle (52 ans), dit Claude François, en provenance du Crédit Mutuel (Orléans), il faudra bien que le DRH ancien ou nouveau nous entende car cette fois le compte n'y est vraiment pas!

Le Bureau Syndical SNP - FO Côte d'Azur.
Nice, le 16 avril 2002