FROMAGE ET DESSERT

FROMAGE ET DESSERT

Cette année, les deux dispositifs de rémunération collective aléatoire ont fonctionné. Intéressement et participation seront versés au titre de l'exercice 2002. Et ce n'est pas grâce à ceux qui depuis cinq ans jouent les oiseaux de mauvaise augure… En tant que cheville ouvrière des intéressements 1998, 1999, 2000, 2001 et 2002, FO s'en félicite !

L'INTÉRESSEMENT DISTRIBUÉ EN 2003 au titre de l'exercice 2002 sera sensiblement le même que celui versé l'an dernier. À cette différence près que la part égalitaire correspondra à 70 % (au lieu de 80 %), les 30 % restants étant proportionnels au salaire brut annuel. Avec cinq années de recul, il apparaît clairement que FORCE OUVRIÈRE a eu raison en 1998 de relancer, en dépit d'un directoire timoré, la pratique contractuelle, notamment pour l'intéressement.
« Cet accord est conçu sur mesure pour payer au grand maximum, 5 000 F en moyenne pour 1998 et moins, si ce n'est rien, en 1999 et 2000 » (un tract en date du 16 juin 1998 d'un de nos concurrent, en définitive signataire du second accord).
«Pour 1999 et 2000, les montants seront ridicules » (un tract daté du 17 juin 1998 d'un autre détracteur, pour sa part rarement signataire).
« Les sommes que vous percevrez sont susceptibles de s'amenuiser, voir de disparaître » (un tract d'un troisième larron du 27 juin 2001, signataire du premier accord).

RIEN NE SERT DE BAVER, IL FO SIGNER À POINT !
Prophéties toutes aussi erronées les unes que les autres ! Que na-t-on pas entendu et lu sur les défauts supposés des deux accords d'intéressement négociés et signés par FORCE OUVRIÈRE ?
Les sommes sont certes modestes, mais elles ne sont pas pour autant négligeables et FORCE OUVRIÈRE est satisfaite quelles aient profité aux salariés de notre entreprise plutôt que mises en réserves.
Coup double ! Cette année, le directoire na pas osé récidivé. Bien que ces fonds seront bloqués huit ans, la participation sera également versée.
Le gros avantage que présente ces deux types de rémunération collective aléatoire, c'est qu'ils n'entraînent pas une dégradation supplémentaire de nos conditions de travail…

La délégation syndicale du SNP-FO
B. Aguirre / A. Caux / C. Pfeifer / J.-J. Soli / J.-C. Sorbier

Nice, le 21 mars 2003